Type de cours : Cours d’auto-apprentissage
Durée du cours : 3 modules
Effort estimé : 2 à 3 heures par module
Conditions requises : Connexion Internet


Plan du cours Rencontrer les experts Foire aux questions

Êtes-vous un(e) représentant(e) autochtone qui cherche à s'engager auprès des Nations Unies ? Travaillez-vous avec des Peuples autochtones et souhaitez-vous les soutenir dans leurs efforts de plaidoyer ? Le Programme des Nations Unies pour le développement et la Tribal Link Foundation ont le plaisir de proposer un cours d'introduction GRATUIT et autodidacte à rythme libre sur les Peuples autochtones aux Nations Unies. Ce cours se compose de trois modules et s'inspire du programme de formation phare de Tribal Links, le Project Access Capacity Building Training Workshop for Indigenous Peoples. Le cours réunit des experts autochtones de premier plan qui partageront leur expertise sur les forums multipartites pertinents. 

 



Points forts et résultats du cours 

  • Acquérir une meilleure compréhension de l'histoire et de l'impact du plaidoyer des Peuples autochtones auprès de l'ONU
  • Comprendre les principales plateformes de plaidoyer à l'ONU
  • Acquérir les compétences nécessaires pour défendre efficacement les questions autochtones à l'ONU
  • Rejoindre une communauté de pratique engagée dans un plaidoyer autochtone efficace à l'ONU
  • Recevoir un certificat d'achèvement de la part des partenaires du cours

Objectifs d'apprentissage

À l'issue de la formation, vous aurez atteint les objectifs suivants : 

  • Vous connaîtrez l'histoire du mouvement des Peuples autochtones pour la reconnaissance aux Nations Unies
  • Vous comprendrez les possibilités d'engagement et de plaidoyer des Peuples autochtones aux Nations Unies
  • Vous connaîtrez les points d'entrée pour l'engagement des Peuples autochtones auprès des différents organes et mécanismes des Nations Unies

Thèmes du cours

Le cours couvrira les sujets suivants :  

  • Module 1 : Histoire des Peuples autochtones aux Nations Unies 
  • Module 2 : L'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones 
  • Module 3 Partie 1 : Instruments relatifs aux droits de l'homme pour les Peuples autochtones 
  • Module 3 Partie 2 : Les ODD et les Conventions de Rio

Conditions d'achèvement du cours

Pour recevoir le certificat d'achèvement du cours, les participants doivent : 

  • Écouter toutes les conférences du cours 
  • Réussir quatre quiz 
  • Répondre à l'enquête du cours 

Cliquez sur « S’inscrire » pour vous inscrire aujourd’hui. Le contenu du cours est maintenant disponible. Vous pouvez commencer et terminer le cours à tout moment. Lorsque vous remplissez toutes les exigences du cours, votre certificat de fin de cours sera généré automatiquement et deviendra disponible en téléchargement directement depuis la salle de cours.

Si vous avez des questions, veuillez contacter l'équipe de Learning for Nature à l'adresse info@learningfornature.org.

 

À propos du formateur

+2597 inscrits
Pas inscrit

Le cours offre :

  • 7 Modules
  • 24 Activities
  • 4 quiz
  • Certificat
-1 commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Plan du cours

WelcomeModule 1Module 2Module 3 partie 1Module 3 partie 2Points clés à retenir

Bienvenue au cours

Ce module sert d'introduction au cours.

OBLIGATOIRE : Lecture

  • Roberto Mukaro Borrero « Introduction à le Projet Accès »

FACULTATIF : Introduction au cours

Avant de commencer, nous vous invitons à vous référer à l’email d’orientation et à regarder la vidéo de démonstration dans la section Bienvenue au cours de la page du cours.

FACULTATIF : Instructional video

Pour savoir comment suivre le cours, dans cette vidéo pédagogique, nous vous guiderons dans notre salle de cours et vous expliquerons comment réaliser les activités du cours.

Module 1 : Histoire des Peuples autochtones aux Nations Unies

Le module 1 donne une vue d'ensemble de l'histoire du travail des Peuples autochtones aux Nations Unies, en décrivant le chemin qui a conduit à l'adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Andrea Carmen "Histoire des Peuples autochtones aux Nations Unies"
  • Andrea Carmen "Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones"

OBLIGATOIRE :Quiz

Quiz 1: Histoire des Peuples autochtones aux Nations Unies

Le Quiz 1 évalue votre compréhension de la thématique abordée dans les cours du Module 1.

OPTIONNEL :Forum de discussion

  • Pourquoi, à l’origine, les Peuples autochtones ont-ils cherché à attirer l'attention de la communauté internationale sur leurs difficultés dans les années 1920 ? Comment ces difficultés ont-elles évolué depuis pour vous et votre communauté ?
  • Quel est, selon vous, le plus grand défi dans la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones ?

Module 2 : Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones

Le module 1 donne une vue d'ensemble de l'histoire du travail des Peuples autochtones aux Nations Unies, en décrivant le chemin qui a conduit à l'adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Mirian Masaquiza « L'Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones : Histoire et Mandat »
  • Ghazali Ohorella « Préparer les interventions à l’Instance permanente »

OBLIGATOIRE :Quiz

Quiz 2: Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones

Le Quiz 2 évalue votre compréhension de la thématique abordée dans les cours du Module 2. Module 2 lectures.

OPTIONNEL :Forum de discussion

Maintenant que vous avez passé en revue les lignes directrices pour préparer les interventions à l’Instance permanente et examiné des exemples d'interventions, nous vous invitons à vous entraîner à faire votre propre intervention. Créez un plan de votre intervention et partagez-le avec les autres participants au cours. Nous vous encourageons à examiner et à commenter les soumissions de vos pairs.

Module 3 Part 1: Instruments relatifs aux droits de l’homme pour les Peuples autochtones

Le module 3, partie 1, présente les possibilités pour les Peuples autochtones de s'engager auprès du Rapporteur spécial sur les droits des Peuples autochtones, du Mécanisme d'experts sur les Droits des Peuples autochtones, des organes conventionnels de l'ONU, du Fonds de contributions volontaires de l'ONU et des Bourses du HCDH destinées aux autochtones.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Jose Francisco Cali Tzay « Les Organes conventionnels des Nations Unies »
  • Rodion Sulyandziga « Le Mécanisme d'experts sur les droits des Peuples autochtones »
  • Jose Francisco Cali Tzay « Rapporteur spécial sur les droits des Peuples autochtones »
  • Morse Flores « Le Fonds de contributions volontaires des Nations Unies »
  • Morse Flores « Programme de bourses du HCDH destinées aux autochtones »

OBLIGATOIRE :Quiz

Quiz 3: Instruments relatifs aux droits de l’homme pour les Peuples autochtones

Le Quiz 3 évalue votre compréhension de la thématique abordée dans les cours du Module 3 Partie 1.

OPTIONNEL :Forum de discussion

Pour certains Peuples autochtones, il existe de nombreux cas non résolus de violations des droits humains, dont certains perdurent depuis des générations.

Maintenant que vous avez une meilleure compréhension des mandats de chacun des trois principaux organes chargés de promouvoir les droits des Peuples autochtones dans le monde, pouvez-vous mieux identifier les limites de leurs mandats respectifs ? Pouvez-vous nous donner des exemples ?

Au regard de leurs forces et de leurs limites, pensez-vous que ces trois organes (l’Instance permanente, le Rapporteur spécial et le Mécanisme d’experts) peuvent travailler ensemble plus efficacement ? Si oui, pouvez-vous donner des exemples de la manière dont ils pourraient le faire ?

Module 3 Partie 2 : Les ODD et les Conventions de Rio

Le module 3, partie 2, énonce les moyens des Peuples autochtones pour s'engager auprès de la CCNUCC, de la CDB et de l'Initiative « Équateur » du PNUD.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Janene Yazzie « Forum politique de haut niveau pour le développement durable »
  • Graeme Reed « La CCNUCC et les Peuples autochtones »
  • Q"apaj Choque « Contribuer à la Convention sur la diversité biologique »
  • Martin Sommerschuh « Projet Equateur du PNUD »

OBLIGATOIRE :Quiz

Quiz 4: Les ODD et les Conventions de Rio

Le Quiz 4 évalue votre compréhension de la thématique abordée dans les cours du Module 3 Partie 2.

OPTIONNEL :Forum de discussion

En juin 1992, des Peuples autochtones, des écologistes, des militants et des chefs d'État se sont réunis à Rio de Janeiro, au Brésil, pour le Sommet Planète Terre et le Forum mondial. Le Sommet Planète Terre, officiellement appelé Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement (CNUED), a réuni 118 chefs d'État. La présence des Peuples autochtones à la CNUED et au Forum mondial a attiré l'attention du monde sur leur relation avec l’environnement, intrinsèquement profonde et respectueuse, et sur la destruction de cette relation par les violations des droits de l'homme dont ils font l’objet.

De quelle manière les conventions de Rio ont-elles déplacé le discours pour les Peuples autochtones au niveau national ? Votre communauté connaît-elle ou est-elle en contact avec un point de contact national pour les ODD et/ou les conventions ? Si oui, quel a été le résultat de votre interaction avec ce point de contact ?

Points clés à retenir

Ce module résume les messages clés et les points à retenir du cours.

OBLIGATOIRE : Lecture

Tai Pelli, formateur et mentor, Projet Accès Atelier de formation Global des capacités pour les Peuples autochtones, résume les messages et les points clés à retenir du cours.

Course experts

Andrea Carmen, de la nation Yaqui, est devenue membre du personnel du Conseil international des traités indiens en 1983 et sa directrice générale en 1992. Andrea a été le chef d'équipe de l'IITC pour le travail sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. En 1997, elle a été l'un des deux représentants autochtones à s'adresser officiellement à l'Assemblée générale des Nations Unies pour la première fois lors du Sommet de la Terre +5. En 2006, Andrea a été choisie comme rapporteur pour le séminaire d'experts de l'ONU sur la souveraineté permanente des peuples autochtones sur les ressources naturelles et leur relation à la terre, la première femme autochtone à servir comme rapporteur pour un séminaire d'experts de l'ONU. Andrea a été une présentatrice experte auprès d'organes et de séminaires de l'ONU traitant d'un large éventail de questions. En 2019, elle a été choisie pour représenter les peuples autochtones d'Amérique du Nord au sein du nouveau groupe de travail de facilitation de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones de la CCNUCC pour ses trois premières années de fonctionnement. Elle occupe actuellement le poste de coprésidente de cet organe de l'ONU.

 


Janene Yazzie est la coordinatrice du programme de développement durable pour le Conseil international des traités indiens et la représentante du Conseil en tant que coanimatrice du groupe majeur des peuples autochtones du Forum politique de haut niveau des Nations unies sur les objectifs de développement durable pour 2030. Elle est également cofondatrice de Sixth World Solutions LLP, de la Navajo Nation Little Colorado River Watershed Chapters Association. En tant qu’organisatrice communautaire et défenseur des droits de l'homme, elle a travaillé sur les questions de développement et d'énergie avec des communautés autochtones à travers les États-Unis. Elle a acquis une expertise en matière de politique d'infrastructure, de gestion intégrée des terres et de l'eau, ainsi que de restauration et de protection des systèmes de connaissances écologiques traditionnelles. Au niveau local, elle est responsable de l'infrastructure et de la politique indigènes pour LatinGroup LLC, par le biais duquel elle est responsable du projet Laguna Broadband Network mené par l'autorité des services publics de Pueblo of Laguna. Elle est également coprésidente du sous-comité des valeurs traditionnelles et culturelles du groupe de travail sur la politique de recherche génétique de la nation Navajo. Elle siège au conseil consultatif de la campagne Land Rights Now d'Oxfam et est également membre du Right Energy Partnership, une initiative internationale dirigée par l'IPMG visant à appliquer un cadre de droits de l'homme aux projets de développement énergétique durable dans le monde entier.

 


Roberto Múkaro Borrero possède une expérience distinguée et diversifiée dans l'élaboration de politiques et de programmes et dans la défense des droits de l'homme, notamment en se spécialisant dans les droits des peuples autochtones. Il possède plus de 20 ans d'expérience dans l'engagement actif du système des Nations Unies dans des domaines thématiques tels que le développement durable, le changement climatique, la société de l'information et l'Organisation des États américains, entre autres. Il a fait partie du personnel du Conseil international des traités indiens et de l'American Museum of Natural History, et a été consultant indépendant pour l'UNESCO, PBS et d'autres institutions importantes. Écrivain publié, artiste et musicien accompli, Roberto est membre de la nation tribale Taíno, un peuple indigène dont les terres traditionnelles s'étendent des Grandes Antilles à la pointe sud de la Floride aux États-Unis. En 2012, il a été traditionnellement sanctionné comme kasike (chef) de la communauté tribale Taíno de Guainía. Il a une formation en communication et en études culturelles. Roberto est actuellement directeur par intérim de la Tribal Link Foundation.

 


Ghazali Ohorella est un idéaliste et un anteambulo pour les peuples indigènes. Originaire du peuple Alifuru de Maluku, il a une foi inébranlable en un avenir radieux pour tous les peuples autochtones du monde. Souvent qualifié de "machine", tout ce que Ghazali dit et fait a pour but d'inspirer et d'autonomiser 476 millions d'autochtones afin qu'ils puissent faire ce qui les inspire. Il utilise ses nombreuses années d'expérience dans la défense des droits des autochtones et les négociations de haut niveau pour ouvrir des espaces et créer un environnement favorable aux peuples autochtones au niveau international, fondé sur le droit à l'autodétermination.

Mirian Masaquiza Jerez est une femme kichwa de l'Équateur. Elle possède une expérience approfondie des questions autochtones depuis plus de 20 ans et plus de 15 ans d'expérience au niveau international. Mirian a travaillé en tant que représentante du gouvernement, membre du personnel de l'ONU et activiste indigène.

Mirian a réintégré l'ONU en 2010 en tant que responsable des affaires sociales au Service des peuples autochtones et du développement du Secrétariat de l'Instance permanente sur les questions autochtones au DAES. La plupart de son travail est lié aux droits des peuples autochtones ainsi qu'à des questions telles que le genre, les questions culturelles et éducatives, le changement climatique, les affaires interagences, la sensibilisation, l'analyse politique et les organisations non gouvernementales. Sa zone géographique de responsabilité est l'Amérique centrale et du Sud et les Caraïbes.

 


Rodion Sulyandziga est un Udege ("peuple de la forêt"), l'un des peuples autochtones en petit nombre de la communauté de Sibérie orientale de la Fédération de Russie. Leur population totale est de 1587 personnes. Il est le directeur fondateur du Centre de soutien des peuples autochtones du nord/Centre de formation autochtone russe (CSIPN/RITC), doté d'un statut consultatif spécial auprès de l'ECOSOC des Nations unies. Depuis 2019, Rodion est membre du mécanisme d'experts de l'ONU sur les droits des peuples autochtones (MEDPA) et du groupe de travail de facilitation de la LCIP, Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones sur le changement climatique dans le cadre de la CCNUCC. Rodion est titulaire d'un doctorat en sciences sociales.

 


D'ascendance mixte anishinaabe et européenne, Graeme Reed travaille à l'Assemblée des Premières Nations (APN) en tant que conseiller principal en politiques. Il veille à ce que les politiques fédérales et internationales en matière de climat protègent les droits, les compétences et les connaissances des Premières Nations. Il a eu l'occasion de représenter l'APN à la COP 23, à la COP 24 et à la COP 25 de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Depuis 2019, il est le coprésident du Forum international des peuples autochtones sur le changement climatique. Pendant son temps libre, il est candidat au doctorat à l'Université de Guelph et étudie l'intersection entre la gouvernance autochtone, la gouvernance environnementale et la crise climatique.

 


Morse Caoagas Flores est actuellement responsable des droits de l'homme au sein du service de l'État de droit, de l'égalité et de la non-discrimination du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) à Genève. À ce titre, il assure à la fois le secrétariat du Fonds de contributions volontaires des Nations unies pour les peuples autochtones et la coordination des programmes de bourses des Nations unies pour les peuples autochtones et les minorités depuis 2005.

Avant d'occuper son poste actuel, M. Morse a travaillé avec d'autres agences des Nations unies, des OSC et d'autres organisations intergouvernementales (Organisation internationale du travail, Franciscans International, Union interparlementaire, Partenariat des Nations unies avec les peuples autochtones, etc.) à divers titres à Genève pendant plus de 10 ans dans les domaines des droits de l'homme et de la coopération internationale et du développement.

 


Q”apaj Conde Choque, Aymara de Bolivie, est le responsable associé de la gestion du programme au sein de l'unité Peuples et Biodiversité au Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique. Il a précédemment occupé les postes de boursier autochtone à l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (2013-14) et de juriste au Centro de Estudios Multidisciplinarios-Aymara (2016-17). En tant que membre de la Red de Jóvenes Indígenas-LAC, il a été coprésident du Global Indigenous Youth Caucus (2017-18). M. Conde a étudié le droit à l'Universidad Mayor de San Andrés. Il est titulaire d'une maîtrise en droit de l'université de Séville et d'un doctorat en sciences juridiques du programme de droit et de politique des peuples autochtones de l'université de droit de l'Arizona.

 


Martin Sommerschuh est le coordinateur de l'Initiative Equateur du PNUD. Il dirige le Prix de l'Équateur, soutient les dialogues communautaires avec les peuples autochtones et les communautés locales, et se passionne pour la recherche de moyens d'étendre les solutions autochtones et locales. Une visite dans le parc Yasuní en Équateur a transformé la fascination de Martin pour les lieux reculés en une détermination à aider leurs gardiens traditionnels à les gérer dans l'intérêt de tous. Il a travaillé avec des communautés indigènes confrontées au changement climatique et aux industries extractives dans les Andes et en Amazonie. Depuis le centre régional du PNUD pour l'Asie et le Pacifique, il a soutenu les efforts visant à améliorer l'accès des peuples autochtones au financement climatique. De nationalité allemande, il est titulaire d'une maîtrise en sciences politiques de l'Université de Munich. Martin parle couramment l'espagnol et le français.

 


Jose Francisco Calí Tzay is Maya Kaqchikel du Guatemala, avec une expérience dans la défense des droits des peuples indigènes, tant au Guatemala qu'au niveau des Nations Unies et de l'OEA. Il a été fondateur et membre de plusieurs organisations indigènes au Guatemala, ainsi qu'ambassadeur du Guatemala en République fédérale d'Allemagne. Il a été président du Comité pour l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale, un organe de traité au sein duquel il a été élu pour quatre périodes consécutives de quatre ans chacune. Il a été directeur des droits de l'homme au ministère des affaires étrangères du Guatemala ; il a été membre de la Commission présidentielle contre la discrimination et le racisme à l'égard des peuples indigènes du Guatemala (CODISRA) et président du Programme national de réparation pour les victimes du conflit armé interne.

 


Tai Pelli es escritora y oradora pública y una Tekina Taíno Borikén, maestra e historiadora indígena taína del territorio ancestral caribeño de los pueblos taínos, incluido Puerto Rico. También es oficial de relaciones internacionales y derechos humanos de la Confederación Unida del Pueblo Taíno, y cofundadora y copresidenta de la Organización de Desarrollo Amerindio del Caribe. Tai es una defensora local, nacional e internacional de los derechos humanos, medioambientales, de la mujer y de los Pueblos Indígenas. Ha sido delegada y experta indígena autorizada en los órganos y mecanismos de las Naciones Unidas y en la Conferencia de las Partes de la ONU, especialmente en la cuestión de la violencia medioambiental y su impacto en la salud reproductiva y la vida de los Pueblos Indígenas durante muchos años, representando tanto a la Confederación Unida del Pueblo Taíno como al Consejo Internacional de Tratados Indios.

Foire aux questions