Genre et gouvernance minière (2021)

Dans ce cours, vous apprendrez comment favoriser l'engagement égal des femmes dans les projets miniers et prendre des mesures pour éliminer la violence sexiste et sexuelle dans les communautés touchées. Vous comprendrez comment l'investissement dans l'égalité des sexes et le leadership des femmes dans la gouvernance minière peut mener à des communautés stables et résilientes.




Début du cours : 13 septembre 2021
Fin du cours : 17 octobre 2021
Durée : 4 semaines
Estimation du temps de travail : 2 à 3 heures par semaine
Type de cours : Cours en ligne ouvert et massif
Langues : anglais, français, espagnol
Exigences techniques : connexion internet

Contacter la coordinatrice du cours Plan du cours Rencontrer les experts Foire aux questions

 

Avez-vous besoin de plaider plus fermement pour amplifier la voix des femmes dans la gouvernance minière ? Souhaitez-vous acquérir plus de compétences pour évaluer l'impact des projets miniers sur les communautés, avec un accent particulier sur le rôle des femmes ? Cherchez-vous des recommandations pour éliminer les violences sexistes et sexuelles dans les opérations minières et les communautés touchées par l'exploitation minière ? Souhaitez-vous promouvoir ou accroître les investissements en faveur de l'égalité des sexes dans la gouvernance minière, mais vous ne savez pas par où commencer ? Le Programme des Nations Unies pour le développement, le Programme de gouvernance environnementale, et le Forum intergouvernemental des mines, des minerais, des métaux et du développement durable offrent un cours GRATUIT sur le genre et la gouvernance minière. Ce cours de quatre semaines sera disponible en anglais, en français et en espagnol. Il compile les recherches des principales institutions de l'industrie afin de mieux sensibiliser et de renforcer les compétences en matière de gouvernance soucieuse de l'égalité des sexes dans l'industrie minière.

Éléments clés du cours et objectifs

  • Acquérir les compétences nécessaires à la constitution d'un dossier solide pour renforcer l'engagement des femmes dans la gouvernance minière
  • Communiquer avec des experts activement engagés dans la promotion de l'égalité des sexes dans l'industrie minière
  • Rejoindre la communauté de pratique engagée à développer le rôle significatif des femmes dans l’industrie minière
  • S’immerser dans une abondance de supports pédagogiques
  • Recevoir un certificat de réussite de la part des partenaires du cours

Objectifs d'apprentissage

Lorsque le cours sera terminé, vous serez en mesure de :

  • Comprendre et évaluer l'impact des projets miniers sur les communautés, avec un accent particulier sur l’impact des projets sur les femmes
  • Évaluer l'importance et les avantages de la participation et de l'engagement des femmes dans les projets miniers pour les communautés, les entreprises et les gouvernements
  • Décrire les mesures que vous pouvez prendre pour éliminer efficacement la violence sexiste et sexuelle dans les opérations minières et les communautés touchées par l'exploitation minière
  • Comprendre comment l'investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière peut conduire à des communautés stables et résistantes

Sujets de cours

Le cours portera sur les sujets suivants : 

  • Semaine 1 : Introduction à la question de l’égalité des sexes dans la gouvernance minière
  • Semaine 2 : Participation des femmes à la prise de décision dans le secteur minier
  • Semaine 3 : Violence sexiste et sexuelle dans le secteur minier
  • Semaine 4 : Investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière

Conditions d'achèvement du cours

Pour recevoir le certificat de réussite du cours, les participant(e)s doivent :

  • Suivre les quatre leçons en ligne
  • Répondre à quatre questionnaires hebdomadaires
  • Écouter toutes les conférences du cours
  • Réussir le test final
  • Remplir le questionnaire sur le cours

Cliquez sur « S'inscrire » pour vous inscrire dès aujourd'hui.

Si vous avez des questions, veuillez contacter l'équipe de Learning for Nature à [email protected].



Contenu

Développer tout

À propos du formateur

+1744 inscrits
Pas inscrit

Le cours offre :

  • 7 Modules
  • 40 activités
  • 4 Quiz
  • Certificat

Accueil et présentations

Présentez-vous aux autres participant(e)s au cours ici !

Plan du cours

Semaine 1Semaine 2Semaine 3Semaine 4

La première semaine donne un aperçu d'un large éventail d'impacts de genre du secteur minier sur les communautés et décrit le cadre d'évaluation de ces impacts, en mettant l'accent particulièrement sur les femmes.

OBLIGATOIRE : Leçon et questionnaire

Leçon 1 : Introduction à la question de l’égalité des sexes dans la gouvernance minière

Objectifs :

  • Discuter des raisons de l'exclusion systématique de la participation des femmes aux opérations minières.
  • Décrire les principaux impacts de genre de l'exploitation minière sur les communautés touchées.
  • Définir le cadre d'évaluation de l'impact de l'exploitation minière sur les communautés touchées, en mettant particulièrement l'accent sur les femmes.

Questionnaire 1 : Introduction à la question de genre dans la gouvernance minière

Le questionnaire 1 vérifie votre compréhension du sujet traité dans la leçon 1.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Nora Gotzmann, Institut danois des droits de l'homme
  • Paz Gallardo, Source International
  • Laura Grassi, Source International

RECOMMANDÉ : Études de cas

  • Le coût de l'ignorance de la voix des femmes dans la gouvernance minière en Thaïlande
  • Évaluation de l'impact de genre de l'exploitation minière artisanale et à petite échelle en Tanzanie
  • Programme d'engagement des femmes en République démocratique populaire lao

OBLIGATOIRES : Quiz

  1. To what extent are women in your country engaged in the mining labor force? If the engagement level is low, what could be some of the reasons behind women’s exclusion? 
  2. How are communities affected by mining operations in your country? Are the impacts of mining different for women from mining communities? If so, describe how they are different.
  3. Imagine you are tasked with conducting a gender impact assessment to evaluate the impact of mining operations on women in your region. What resources will you need at your disposal to realise this task? What challenges do you anticipate to face as you are working on this assessment?

La deuxième semaine aborde l'importance d'une représentation égale et significative des femmes dans les projets d'extraction de ressources, non seulement pour l'autonomisation économique et le développement social des femmes, mais aussi pour la durabilité et le succès des opérations minières, et fournit des recommandations aux différentes parties prenantes pour faciliter cet engagement.

OBLIGATOIRE : Leçon et questionnaire

Leçon 2 : Participation des femmes à la prise de décision dans le secteur minier

Objectifs :

  • Décrire les avantages de la participation des femmes à la main-d'œuvre minière et de leur engagement dans la prise de décision communautaire dans les projets d'extraction de ressources 
  • Fournir des recommandations aux gouvernements, aux entreprises et aux organisations de la société civile pour faciliter la représentation et l'engagement des femmes sur un pied d'égalité dans la gouvernance minière, et pour améliorer l'emploi des femmes dans le secteur minier

Questionnaire 2 : Participation des femmes à la prise de décision dans le secteur minier

Le questionnaire 2 vérifie votre compréhension du sujet traité dans la leçon 2.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Gillian Davidson, International Women in Mining
  • Caroline Ngonze, Fonds des Nations Unies pour la population
  • Ann Chinweze, Institut pour la gouvernance des ressources naturelles
  • Lisa Caripis, Transparency International Australie
  • Maria J. Ezpeleta, Oxfam Amérique
  • Lena Abrahamsson, Luleå University of Technology

RECOMMANDÉ : Études de cas

  • L'approche de la diversité de genre chez Anglo American
  • Politique d'égalité des sexes dans le secteur minier en Colombie
  • Programmes d'autonomisation des femmes par la Tethyan Copper Company (TCC) au Pakistan
  • Le rôle de la société civile dans les opérations minières au Canada

OBLIGATOIRES : Quiz

  1. Imaginez que l'on vous demande de présenter à votre gouvernement et/ou à une société minière de votre région des arguments en faveur d'une plus grande intégration des femmes dans l'industrie minière. Quel serait votre principal argument ?
  2. Imaginez que l’on vous demande de proposer des interventions pour accroître l'inclusion des femmes dans l'industrie minière à votre gouvernement et/ou à une société minière de votre région. À quoi ressemblerait votre proposition, et pourquoi ces interventions seraient-elles particulièrement importantes dans votre contexte ?
  3. Imaginez que l’on vous demande de proposer des interventions pour accroître la participation des femmes des communautés touchées par l'exploitation minière aux processus de décision dans les projets miniers qui affectent leurs moyens de subsistance, leur sécurité, leurs coutumes et leurs traditions. À quoi ressemblerait votre proposition et pourquoi ces interventions seraient-elles particulièrement importantes dans votre contexte ?

La troisième semaine est consacrée à la violence sexiste et sexuelle dans les communautés touchées par les opérations minières. Elle propose des recommandations et des outils pour atténuer efficacement les risques de violence sexiste et sexuelle pour les populations concernées.

OBLIGATOIRE : Leçon et questionnaire

Leçon 3 : La violence sexiste et sexuelle dans le secteur minier

Objectifs :

  • Exposer les raisons de l'augmentation de la violence sexiste et sexuelle dans les communautés touchées par les mines
  • Expliquer les conséquences de la violence basée sur le genre sur les moyens de subsistance des femmes dans les communautés touchées par l'exploitation minière
  • Fournir des recommandations aux parties prenantes pour l'élimination de la violence basée sur le genre dans les communautés touchées par l'exploitation minière

Questionnaire 3 : Violence sexiste et sexuelle dans le secteur minier

Le questionnaire 3 vérifie votre compréhension du sujet traité dans la leçon 3.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Ege Tekinbas, Forum intergouvernemental des mines, des minerais, des métaux et du développement durable
  • Lema Ijtemaye, Pauktuutit Inuit Women of Canada
  • Katherine Danielsen, KIT Royal Tropical Institute

RECOMMANDÉ : Études de cas

  • La violence sexiste et sexuelle dans les communautés touchées par l’exploitation minière en Mongolie
  • La violence sexiste et sexuelle et les femmes inuites dans les communautés touchées par l'exploitation minière au Canada
  • Brutalités policières autour de la mine d'or de Porgera, en Papouasie-Nouvelle-Guinée

OBLIGATOIRES : Quiz

  1. Avez-vous observé une corrélation entre la prévalence de la violence sexiste et sexuelle et les opérations minières dans votre pays/région ? Si oui, quelles sont, selon vous, les raisons de cette dynamique dans votre contexte ?
  2. Dans votre contexte, comment voyez-vous votre rôle dans la prévention de la violence sexiste et sexuelle dans les communautés minières et/ou la main-d'œuvre minière ? 

La quatrième semaine est dédiée à la façon dont l'investissement dans le genre dans la gouvernance minière peut conduire à des communautés stables et résistantes, capables de minimiser les risques des activités minières tout en maximisant leurs bénéfices de manière égale pour les femmes, les hommes, les filles et les garçons.

OBLIGATOIRE : Leçon et questionnaire

Leçon 4 : Investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière

Objectifs :

  • Définir les conditions qui doivent être mises en place pour créer un environnement favorable à l'investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière
  • Décrire comment les gouvernements, les compagnies minières et la société civile peuvent travailler ensemble pour stimuler l’investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière
  • Proposer des lignes directrices pour les gouvernements, les sociétés minières et la société civile sur l'augmentation des investissements dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière

Questionnaire 4 : Investissement dans l’égalité des sexes dans la gouvernance minière

Le questionnaire 4 vérifie votre compréhension du sujet traité dans la leçon 4.

OBLIGATOIRES : Conférences

  • Fitsum Weldegiorgis, Institut international pour l'environnement et le développement
  • Indra Trevoz, Secrétariat international de l'ITIE
  • Katherine Heller, Société financière internationale
  • Matthew Bliss, Forum intergouvernemental des mines, des minerais, des métaux et du développement durable
  • Joanne Lebert, IMPACT

RECOMMANDÉ : Études de cas

  • Autonomiser les femmes autochtones dans les communautés minières par Teck Resources Ltd, Chili
  • Promouvoir la diversité et l'inclusion à Agnico Eagle
  • Favoriser l'équité sur le lieu de travail chez Goldcorp
  • Autonomiser les femmes au sein des communautés d'ASM (et alentours) au Ghana et en Tanzanie

OBLIGATOIRES : Quiz

  1. La leçon 4 décrit le cadre que les gouvernements peuvent suivre pour stimuler l'investissement dans l'égalité des sexes dans le secteur minier. Selon vous, quels sont les principaux défis que votre gouvernement devra relever pour mettre en œuvre ce cadre et comment les entreprises et la société civile peuvent-elles contribuer à sa réussite ?  
  2. Imaginez que vous êtes chargé(e) de stimuler l'investissement dans l’égalité des sexes dans l'industrie minière de votre pays. Comment pourriez-vous réunir toutes les parties prenantes (y compris les sociétés minières et la société civile) pour commencer à vous atteler à cette tâche ? 

Facilitateurs expertsConférenciers experts invités

Sanna Due est conseillère politique et travaille au Bureau de soutien aux politiques et aux programmes du PNUD en tant qu'experte de l'Agence suédoise de protection de l'environnement. Elle est actuellement coordinatrice de programme pour le Programme de gouvernance environnementale (EGP), le programme financé par l'Asdi (Agence suédoise de coopération internationale au développement) qui vise à faire progresser le lien entre les droits humains et l'environnement en renforçant la gouvernance environnementale du secteur minier, pour finalement faire avancer de multiples objectifs de développement durable.

Sanna a plus de 20 ans d'expérience dans l'administration publique environnementale au sein d'agences nationales et régionales en Suède et au Danemark. Son travail s'est concentré sur le développement et la mise en œuvre d'instruments politiques dans les domaines de la consommation et de la production durables, de l'économie circulaire, de la pollution atmosphérique et de l'engagement avec le secteur privé dans les pays nordiques et l'Union européenne. Sanna est titulaire d'une maîtrise en planification et conception de l'environnement


Ege Tekinbas est conseillère en matière d'égalité des sexes au sein du programme de droit et de politique économiques de l'IIDD. Elle a plus de 15 ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes, de l'élimination de la violence à l'égard des femmes et du développement social. Tout au long de sa longue carrière au sein d'organisations internationales (notamment ONU-Femmes, Fonds des Nations Unies pour la population, Banque mondiale, Union européenne, Conseil de l'Europe et Fundación Internacional y para Iberoamérica de Administración y Políticas Públicas), Ege a participé à la conception de programmes/projets dans des domaines tels que l'analyse de genre, la programmation sensible au genre et le suivi de la prestation de services sensibles au genre. Parmi ses fonctions professionnelles antérieures, Ege a été consultante principale en matière de genre à la Banque mondiale (où elle a participé à l'évaluation des risques liés à la violence basée sur le genre dans le cadre de grands travaux de génie civil et de projets d'infrastructure) et consultante principale en matière de genre à l'ONU-FEMME.

Dans ce dernier poste, elle a développé un programme ciblant les femmes et les filles réfugiées, a soutenu l'élaboration de plans stratégiques et a effectué des recherches sur les besoins de renforcement des capacités des organisations de femmes et des organisations de services communautaires travaillant avec les femmes réfugiées, ainsi que sur les modalités d'entrepreneuriat social disponibles pour les femmes réfugiées.


Lisa Caripis est une spécialiste de l'environnement qui s'occupe des sites contaminés, de la qualité de l'air et de l'eau, et de la santé environnementale. Elle a passé les cinq dernières années à travailler sur différentes études de cas, notamment dans le domaine de l'exploitation minière (mines de charbon et mines polymétalliques), de l'extraction de pétrole et de gaz, et de l'agroalimentaire (huile de palme, canne à sucre, caoutchouc). Laura a mené des activités de renforcement des capacités pour des communautés et des organisations de base au Guatemala, au Liberia, au Mozambique, au Mexique et au Pérou.


Mianú Ortega Trujillo est analyste de recherche au Programme de Droit et de Politique Economiques de l'IISD (International Institute for Sustainable Development), travaillant avec le Forum Intergouvernemental sur l'Exploitation Minière, les Minéraux, les Métaux et le Développement Durable (IGF). Avant de joindre l'IISD, Mianú a travaillé pour diverses organisations, notamment la Fondation Canadienne des Femmes, le Programme des Nations Unies pour le développement et l'Initiative financière du Programme des Nations Unies pour l'environnement. Elle est titulaire d'une licence en sciences politiques et en relations internationales de l'Université Carleton d’Ottawa, et d'un master en études du développement de l'Institut de Hautes Etudes Internationales et du Développement (IHEID) à Genève. Mianú parle couramment l'anglais, le français et l'espagnol et est basée à Ottawa, au Canada.


Dr. Per Strömberg s'est spécialisé dans l'évaluation et la résolution des problèmes d'environnement et d'équité, pour le compte de gouvernements, de l'ONU, de l'OCDE et de l'UE, du monde universitaire et de l'industrie. Il a vécu et travaillé pendant plus de dix ans en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Cela lui a permis d'acquérir une connaissance approfondie des moteurs des défis de la durabilité ainsi que des contextes institutionnels qui encadrent leurs solutions. Économiste de formation (PhD Université de Cambridge, MSc University College London), le Dr Strömberg est actuellement chercheur à l'Université de Sodertorn en Suède.


Anna George est gestionnaire de programme pour le Programme de gouvernance environnementale (EGP) à l’Agence suédoise de protection de l’environnement à Stockholm en Suède. Ses domaines d’expertise sont le renforcement des capacités institutionnelles dans les domaines de l’administration environnementale, des droits de l’homme et des secteurs sociaux, ainsi que divers instruments de planification participative et de mise en œuvre de projets dans un contexte de coopération au développement. Elle a auparavant travaillé à l’Agence suédoise de coopération pour le développement international (Sida), au ministère suédois de l’Environnement et à l’Agence suédoise de la marine et de l’eau. Elle vit et travaille en Chine depuis cinq ans. Anna est titulaire d’une licence en études de l’Asie de l’Est et en sciences politiques et d’une maîtrise en sciences de l’environnement avec un accent sur l’environnement, la communication et la politique.


Fitsum Weldegiorgis est un consultant de recherche principal affilié à l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED) et à l'Institut des minéraux durables (SMI) de l'Université du Queensland (UQ).

Fitsum a une longue expérience de la recherche appliquée, de la conception de stratégies, des dialogues d'action multipartites et du renforcement des capacités, du leadership et des partenariats dans le cadre de divers projets.

Lisa Caripis est une spécialiste de l'environnement qui s'occupe des sites contaminés, de la qualité de l'air et de l'eau, et de la santé environnementale. Elle a passé les cinq dernières années à travailler sur différentes études de cas, notamment dans le domaine de l'exploitation minière (mines de charbon et mines polymétalliques), de l'extraction de pétrole et de gaz, et de l'agroalimentaire (huile de palme, canne à sucre, caoutchouc). Laura a mené des activités de renforcement des capacités pour des communautés et des organisations de base au Guatemala, au Liberia, au Mozambique, au Mexique et au Pérou.


Ege Tekinbas est conseillère en matière d'égalité des sexes au sein du programme de droit et de politique économiques de l'IIDD. Elle a plus de 15 ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l'égalité des sexes et de l'autonomisation des femmes, de l'élimination de la violence à l'égard des femmes et du développement social. Tout au long de sa longue carrière au sein d'organisations internationales (notamment ONU-Femmes, Fonds des Nations Unies pour la population, Banque mondiale, Union européenne, Conseil de l'Europe et Fundación Internacional y para Iberoamérica de Administración y Políticas Públicas), Ege a participé à la conception de programmes/projets dans des domaines tels que l'analyse de genre, la programmation sensible au genre et le suivi de la prestation de services sensibles au genre. Parmi ses fonctions professionnelles antérieures, Ege a été consultante principale en matière de genre à la Banque mondiale (où elle a participé à l'évaluation des risques liés à la violence basée sur le genre dans le cadre de grands travaux de génie civil et de projets d'infrastructure) et consultante principale en matière de genre à l'ONU-FEMME.

Dans ce dernier poste, elle a développé un programme ciblant les femmes et les filles réfugiées, a soutenu l'élaboration de plans stratégiques et a effectué des recherches sur les besoins de renforcement des capacités des organisations de femmes et des organisations de services communautaires travaillant avec les femmes réfugiées, ainsi que sur les modalités d'entrepreneuriat social disponibles pour les femmes réfugiées.


Fitsum S. Weldegiorgis est un consultant de recherche principal affilié à l'Institut international pour l'environnement et le développement (IIED) et à l'Institut des minéraux durables (SMI) de l'Université du Queensland (UQ).

Auparavant, M. Fitsum a dirigé les travaux de l'ASM (Artisanal and Small-scale Mining) dans son rôle de chercheur principal à l'IIED. Avant cela, il a travaillé comme chercheur au sein du SMI pendant plusieurs années, menant des recherches appliquées sur l'impact socio-économique de l'exploitation minière à grande, moyenne et petite échelle.

Fitsum a une longue expérience de la recherche appliquée, de la conception de stratégies, des dialogues d'action multipartites et du renforcement des capacités, du leadership et des partenariats dans le cadre de divers projets.


Olivia Lyster est responsable du secteur de la Bonne Gouvernance chez Levin Sources. Elle a plus de 5 ans d'expérience dans la recherche et l'analyse des chaînes d'approvisionnement en minerais, avec un accent particulier sur le secteur de l'exploitation minière artisanale et à petite échelle (EMAPE), l'égalité des sexes, l'approvisionnement responsable et la diligence raisonnable, et la supervision d'équipes multinationales et multidisciplinaires pour des clients des secteurs public et privé. Passionnée par la promotion de l'égalité des sexes dans le secteur, Olivia est également spécialiste des questions de genre chez Levin Sources. Avant de travailler chez Levin Sources, Olivia a travaillé comme travailleuse humanitaire à Mafraq, en Jordanie, pour aider à renforcer la résilience des communautés de réfugiés syriens dans un environnement post-conflit.


Ashley Smith-Roberts est une spécialiste chez Levin Sources, une avocate diplômée et une consultante qui se concentre sur les questions liées à l'exploitation minière, aux minéraux et aux chaînes d'approvisionnement mondiales. Elle a mené des recherches et formulé des recommandations politiques sur les droits de l'homme, l'exploitation minière et le développement durable. Elle a contribué à des évaluations pour des normes minières internationales et des documents d'orientation internationaux destinés aux parties prenantes gouvernementales, afin d'améliorer leurs cadres juridiques et la gestion des impacts environnementaux et sociaux dans le secteur minier. Elle a géré des recherches sur l'exploitation minière artisanale et à petite échelle et les chaînes d'approvisionnement ; l'exploitation minière, les énergies renouvelables et le développement durable ; et les cadres d'investissement et ESG du secteur minier.


Lena Abrahamsson est professeur titulaire de la chaire d’études en Sciences du Travail Humain à l'Université de Technologie de Luleå, en Suède. Elle est doyenne de la Faculté des Sciences et de Technologie de l'Université de Technologie de Luleå. Ses recherches portent sur le développement du lieu de travail, les changements technologiques et organisationnels, l'apprentissage, la sécurité et la santé et les questions de genre dans les entreprises industrielles. Elle est aujourd'hui impliquée dans des projets sur le changement technologique et le développement durable dans l'industrie minière, dont nombre d’entre eux abordent la question du genre et de l'égalité.


Matthew Bliss est un cadre dans le domaine de la durabilité et de l'exploitation minière qui possède une vaste expérience internationale des ressources naturelles et du développement communautaire. Il se concentre sur l'intégration de la durabilité et de la bonne gouvernance dans tous les aspects de l'exploitation minière, de la gestion des ressources naturelles et du développement communautaire. Il se concentre actuellement sur les programmes et la mise en œuvre de l'IGF (Forum intergouvernemental), y compris les conseils en matière d'environnement et de fermeture de mines, le soutien technique axé sur la demande et le renforcement des capacités des membres en Europe de l'Est et en Asie-Pacifique.


Katrine Danielsen est conseillère principale en matière de genre au Royal Tropical Institute (KIT, Pays-Bas). Depuis plus de 25 ans, Katrine travaille sur l'égalité des sexes, les approches basées sur les droits et les transformations dans l'agriculture, la gestion des ressources naturelles, l'énergie, l'exploitation minière et la conduite responsable des affaires. Avant le KIT, Katrine a occupé des postes au sein de l'Organisation internationale du travail (OIT), de DANIDA, de CARE Danmark et de l'Institut danois de recherche sur le développement. Depuis 2017, Katrine est conseillère auprès de Women's Rights and Mining (WRM) - une initiative multipartite qui vise à obtenir des engagements de la part des principaux acteurs du secteur minier afin d'autonomiser les femmes et les filles et de garantir leurs droits.


Gillian Davidson est une chef de file en matière de durabilité, d'ESG (questions d’environnement, de société et de gouvernance) et de chaînes d'approvisionnement responsables. Elle possède une vaste expérience dans les secteurs des industries extractives et des ressources naturelles. Elle est actuellement conseillère en matière de durabilité auprès d'entreprises mondiales et d'organisations internationales et directrice non exécutive de New Gold Inc et de Central Asia Metals. Gillian est présidente de International Women in Mining, coprésidente du conseil de direction de Resolve Natural Resources and Energy, membre de l'exécutif de la Global Battery Alliance et membre de Chatham House. Auparavant, Gillian était responsable des mines et des métaux au Forum économique mondial et a occupé des postes de haut niveau dans de grandes sociétés minières et au sein du gouvernement. Elle est titulaire d'un doctorat en économie et géographie du développement.


Maria J. Ezpeleta est conseillère principale en matière de genre pour le programme mondial des industries extractives d'Oxfam. À ce titre, elle fait progresser la justice de genre et les droits des femmes par la recherche, le plaidoyer et la conception de programmes. Avant de rejoindre Oxfam, Maria a mené des recherches communautaires axées sur des projets d'industries extractives aux Philippines et au Pérou. Elle est titulaire d'un master en développement international durable de la Heller School de l'université Brandeis et d'une licence de l'université de Harvard.


Paz Gallardo est une avocate spécialisée dans les droits humains et travaille occasionnellement pour Source International. Elle est spécialisée dans les études d'impact sur les droits humains. Après avoir obtenu son diplôme de droit au Chili, elle a travaillé comme juriste d'entreprise dans divers cabinets d'avocats, ainsi que comme conseillère en conformité pour des entreprises chiliennes présentes dans toute l'Amérique latine.

Paz a travaillé sur des projets internationaux, produisant des évaluations d'impact sur les droits humains au Guatemala et au Mozambique, organisant des formations pour les communautés affectées et soutenant des affaires juridiques sur la pollution minière au Pérou. Elle a également été coordinatrice ad hoc pour le programme de formation sur le système interaméricain de protection des droits humains mis en œuvre par la Fondation Robert Kennedy, la faculté de droit de l'Université américaine de Washington, en collaboration avec la Commission interaméricaine des droits de l'homme et l'Institut interaméricain des droits de l'homme.


Nora Götzmann est conseillère principale à l'Institut danois des droits de l'homme (DIHR), où elle s'occupe des entreprises et des droits de l'homme. Elle est également chercheuse associée au Centre pour la responsabilité sociale dans l'exploitation minière (CSRM) du Sustainable Minerals Institute de l'université du Queensland, en Australie. Nora a plus de 10 ans d'expérience de travail avec des sociétés multinationales sur la mise en œuvre de la diligence raisonnable en matière de droits humains, en se concentrant principalement sur les industries extractives, dans toute une série d'entreprises internationales et de sites. Je travaille également avec des institutions nationales spécialisées dans les droits humains, des acteurs de la société civile et des institutions financières sur divers sujets liés aux entreprises et aux droits humains. Avant de rejoindre le DIHR, Nora a travaillé pour le CSRM, où son travail était axé sur la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et la résolution des griefs des communautés et des entreprises.


Laura Grassi est une spécialiste de l'environnement qui s'occupe des sites contaminés, de la qualité de l'air et de l'eau, et de la santé environnementale. Elle a passé les cinq dernières années à travailler sur différentes études de cas, notamment dans le domaine de l'exploitation minière (mines de charbon et mines polymétalliques), de l'extraction de pétrole et de gaz, et de l'agroalimentaire (huile de palme, canne à sucre, caoutchouc). Laura a mené des activités de renforcement des capacités pour des communautés et des organisations de base au Guatemala, au Liberia, au Mozambique, au Mexique et au Pérou.


Katherine Heller est une consultante indépendante spécialisée dans les questions de genre et les industries des ressources naturelles. Elle a travaillé avec la Banque mondiale pendant plus de 15 ans et a contribué à diriger les travaux de la Banque mondiale sur la compréhension et la prise en compte de la manière dont les hommes et les femmes sont différemment touchés par les activités pétrolières, gazières et minières dans le monde. Elle a également travaillé directement avec des entreprises de ressources naturelles, en les conseillant sur l'élaboration de stratégies d'engagement communautaire et d'égalité des sexes. Elle est l'auteur principal de la nouvelle boîte à outils de la SFI « Libérer les opportunités pour les femmes et les entreprises : Une boîte à outils d'actions et de stratégies pour les compagnies pétrolières, gazières et minières ».


Caroline Ngonze possède une vaste expérience dans le secteur minier, ayant travaillé sur la phase I du programme de développement des minéraux mis en œuvre par le PNUD pour les pays ACP et de l'UE, dirigeant le programme d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes pour 41 pays ACP. Auparavant, Caroline a travaillé à la CEA, où elle a dirigé des recherches et des analyses politiques sur les femmes dans l'exploitation minière artisanale et à petite échelle au Ghana, en Guinée, en Tanzanie, en République démocratique du Congo et en Zambie, avec un large éventail de parties prenantes. Caroline a participé à l'édition 2015 du programme ELAM (Emerging Leaders in African Mining) et est membre du réseau IWiM (International Women in Mining).


Lema Ijtemaye est directrice du service de développement social et économique de Pauktuutit Inuit Women of Canada, l'organisation nationale représentative des femmes inuites au Canada. Elle supervise le lancement, le développement et la réalisation de projets liés à un large éventail de problèmes sociaux et économiques concernant les femmes inuites, notamment l'égalité politique, le leadership des femmes, les changements climatiques et l'extraction des ressources. Lema est titulaire d'un baccalauréat et une maîtrise en Honneurs sciences politiques de l'Université de Waterloo, avec des spécialisations dans l'état et la sécurité, la politique canadienne et les relations internationales.


Joanne Lebert est directrice exécutive d'IMPACT. Elle a rejoint IMPACT en 2011, et dirige son travail pour améliorer la gestion des ressources naturelles là où la sécurité et les droits de l'homme sont menacés. Son travail s'est concentré sur la contribution à des minerais extraits de manière responsable dans une zone exempte de conflits. Elle a aidé les gouvernements d'Afrique centrale à lancer et à mettre en œuvre une stratégie régionale pour s'attaquer aux minerais provenant d’une zone de conflit. Joanne est une conseillère politique, une conférencière fréquemment invitée et une formatrice pour les décideurs politiques, les représentants du secteur privé et les organisations de la société civile.

Auparavant, Joanne était basée au Centre de recherche et d'éducation sur les droits humains de l'Université d'Ottawa. Elle s'est intéressée à la violence basée sur le genre dans les situations de conflit en Afrique et à son impact sur l'industrie extractive. Elle a également été directrice adjointe de l'organisation à but non lucratif canadienne Peacebuild, où elle a travaillé au renforcement des options et des pratiques de la politique étrangère canadienne. Elle a effectué des travaux anthropologiques sur le terrain pour ses études doctorales en Namibie et en Angola, et a été chercheuse invitée en études sur les réfugiés à l'université d'Oxford. Elle a enseigné à l'université de Carleton et a travaillé pour l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, Amnesty International et CARE International en Zambie.


Aubrey Menard est conseillère en matière de genre à l'Institut pour la gouvernance des ressources naturelles. Elle a travaillé sur des problèmes de démocratie et de gouvernance en Asie, en Afrique subsaharienne, en Europe, en Amérique centrale et aux États-Unis. Elle est l'auteur de Young Mongols : Forging Democracy in the Wild, Wild East (Penguin Random House, 2020), et a été publiée dans le New York Times, le Washington Post, Al Jazeera, Politico, le South China Morning Post, etc. Aubrey a obtenu un maîtrise de la philosophie en politique à l'université d'Oxford et une licence au Smith College. Elle est titulaire d'une bourse Luce, d'une bourse de langue critique (russe) et d'une bourse du Truman National Security Project. Pour en savoir plus, rendez-vous sur aubreymenarndt.com.


Indra Trevoz est la directrice des politiques et des pays au Secrétariat international de l'ITIE. Indra soutient l'équipe politique, agissant en tant que secrétaire du Comité de mise en œuvre et aidant à coordonner le travail politique de l'ITIE. Elle dirige la mise en œuvre au niveau infranational et la gestion des revenus, ainsi que les rapports de l'ITIE sur le genre et le secteur minier artisanal et à petite échelle et l'approvisionnement responsable. Elle dirige également le soutien à la mise en œuvre en République démocratique du Congo et à Madagascar, et soutient l'équipe de l'Afrique francophone en matière de renforcement des capacités.

Avant de rejoindre l'ITIE, Indra a travaillé pendant deux ans comme assistante de projet en Tunisie pour le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées de Genève (DCAF), soutenant des projets de réforme de la justice et des prisons. Elle a également une expérience de volontariat au sein d'Amnesty International et d'ONG d'aide aux réfugiés.

Elle est titulaire d'une maîtrise en histoire internationale de l'Institut de hautes études internationales et du développement à Genève. Elle parle couramment le français, l'anglais, l'espagnol et l'allemand.

Inscription

Contenu du cours

Certificat de cours

1. Comment puis-je entrer en contact avec d'autres participants au cours ?